Harold Côté : diversité et proximité

_DSC4560

Un texte d’Émilie Maheux

 

C’est par un magnifique vendredi après-midi que j’ai eu l’honneur de rencontrer Harold Côté, copropriétaire du dépanneur Voisin à Saint-Élie, mais aussi de deux autres stations-service des environs. Tout souriant et très accueillant, il m’a tiré une chaise dans son petit bureau et m’a parlé de ce qui le passionne depuis son adolescence. Je vous invite à découvrir l’homme derrière ce commerce de proximité qui s’implique dans sa communauté.

Gravir les échelons

Comme Obélix, on peut dire qu’Harold est tombé dans la marmite quand il était petit! À l’âge de 12 ans, il décroche son premier emploi dans une station-service, où il passe ses fins de semaine à remplir les frigos et à entretenir le commerce. De fil en aiguille, il gravit les échelons grâce à son côté entreprenant et à son extraordinaire service à la clientèle. « Quand je travaillais comme commis-caissier, le client rentrait et son paquet de cigarettes était sur le comptoir! » se souvient-il. Parallèlement à son parcours professionnel, il a effectué ses études collégiales et universitaires en administration. Aujourd’hui, et ce, depuis une dizaine d’années, Harold est copropriétaire de trois commerces : un dépanneur à Saint-Élie, un autre dans le quartier universitaire, puis un dernier dans le quartier des Lacs, à St-Denis-de-Brompton. Dans ceux-ci, on retrouve sensiblement la même offre diversifiée.

Copropriétaire de ces commerces avec le Groupe Laroche, Harold n’a pas fait les choses à moitié et tout a déboulé très vite : il a ouvert les portes de ses trois dépanneurs en seulement 5 ans. L’ouverture s’est toujours faite quelques semaines à peine avant Noël. « Arrivé aux Fêtes, j’étais toujours brûlé! » mentionne-t-il.

Pourquoi avoir choisi Saint-Élie pour implanter son premier commerce? Il avoue qu’il ne connaissait pas trop la communauté avant. Il a fait ses devoirs et a regardé la concurrence et analysé le marché pour se rendre compte qu’il y avait une demande de commerce de proximité. « Offrir des services que les autres ne pouvaient pas offrir, c’est ce qui m’a poussé à venir m’installer à Saint-Élie », explique-t-il.

Plus que de simples dépanneurs

Harold ne considère pas ses commerces comme de simples dépanneurs : ce sont des commerces de proximité, des points d’attraction où les citoyens peuvent retrouver un peu de tout. « Les gens disent toujours que les dépanneurs vendent seulement de la bière et des cigarettes, mais ce n’est plus le cas! » déplore-t-il. Par exemple, au dépanneur Voisin, vous retrouvez une station-service, un lave-auto, du prêt-à-manger cuisiné sur place, des bières de microbrasseries, des saucisses faites localement et même un service de nettoyeur. Bientôt, il vous sera peut-être possible d’acheter votre laissez-passer d’autobus de la STS. « On vise à devenir un pôle d’attraction! » mentionne-t-il. Selon lui, les gens ne veulent plus aller dans les gros centres et souhaitent davantage rester dans leur quartier afin d’économiser du temps et de l’énergie.

Harold engage près de 50 employés, répartis dans ses trois commerces. Il avoue que la gestion du personnel est un défi de taille qui le pousse à analyser et à réajuster certaines façons de faire. De fait, il fait face à un roulement de personnel puisqu’il embauche principalement des étudiants. Certains restent pendant trois ou quatre ans, pendant leurs études universitaires, alors que d’autres ne travaillent que durant une année.

Pour Harold, le service à la clientèle est primordial. Avec une certaine fierté dans la voix, il mentionne que ses commerces reçoivent une note presque parfaite selon l’évaluation de Petro-Canada. De fait, tous les mois, les détaillants de Petro-Canada sont soumis à un client mystère, qui évalue le service à la clientèle, la courtoisie du personnel, l’offre et la propreté des lieux. « Mon employé à St-Denis-de-Brompton a eu neuf fois 100 % en neuf mois! » m’explique-t-il. Il ajoute que l’important est de s’entourer des bonnes personnes et de gens qui nous ressemblent.

Ses employés sont exemplaires, certes, mais Harold y est pour beaucoup! En neuf ans, il a été nommé huit fois pour recevoir le Prix du président en matière d’excellence opérationnelle de Suncor et il l’a remporté trois fois. Ce prix est décerné parmi les 1 500 stations-service du Canada; ce n’est pas peu dire!

S’impliquer pour notre avenir

Harold, avec le Groupe Laroche, s’est toujours impliqué dans la communauté. Que ce soit Le père Noël débarque à Saint-Élie, la Grande Vente-débarras ou Halloween à partager, vous verrez toujours Harold présent à ces événements. Vous vous souvenez peut-être que, l’an passé, le dépanneur Voisin a offert un très gros verre de bonbons aux enfants costumés! Près de 300 verres ont été distribués en moins d’une heure trente! « C’est beaucoup de temps et d’énergie, mais la satisfaction de voir les jeunes heureux en vaut la peine », explique Harold.

Il s’implique également auprès de plusieurs fondations. L’été dernier, il a même participé, pour la première fois, au tour cycliste de la Fondation Charles Bruneau et a parcouru 300 km par une chaleur extrême. « Ça a été tout un défi! » se souvient-il avec fierté. Aussi, depuis peu, pour chaque boîte à lunch vendue dans ses dépanneurs, 1 $ est remis à cette fondation. C’est sans compter les commandites qu’il offre à l’Université de Sherbrooke, aux écoles primaires du quartier, aux Scouts de Saint-Élie, à la Maison des jeunes… « C’est notre avenir qu’on construit! » lance-t-il.

Bref, Harold est bien plus qu’un entrepreneur. Selon ce que j’ai pu percevoir en lui, c’est un homme de cœur! Il pense à sa clientèle, à ses employés et à sa communauté avant tout. Ce qui fait sa réussite? La proximité et la diversité, certes, mais aussi… il aime ce qu’il fait, malgré les impondérables qui se dressent parfois sur sa route. « Je n’ai pas fini de vivre des défis! Ça fait partie de la vie! » s’exclame-t-il, tout souriant.

Photo_retourchee_Emilie

Par Émilie Maheux

Nos principaux partenaires